Actualités‎ > ‎

Les pongistes s'adressent aux bébés pour faire rebondir la balle

publié le 29 juin 2015 à 13:28 par TTS TTSucéen
Extrait du Ouest France du 24/06/2015 :

Véritable pépinière de talents depuis plus de vingt ans, le club sucéen enregistre une baisse de ses effectifs, "due en partie à la suppression, en 2002, de nos animations et initiations sur le temps du midi dans les écoles. Force est de reconnaître que nous touchions de nombreux enfants! explique Didier Bertin. Le coup de grâce est arrivé avec les nouveaux rythmes scolaires et la fin des cours de tennis de table le mercredi matin".
De fait, les familles hésitent à inscrire les plus jeunes dans les cours de fin d'après midi. Cependant, depuis la rentrée dernière, le président du club se veut plus optimiste, avec la participation du club aux ateliers. "Le hic est qu'il n'y a pas de financement. Du coup, la pérennité de l'activité est fragile."

Remonter à 80 adhérents

Pourtant, les nombreux projets du club pour les années à venir, nécessitent l'embauche d'un encadrant pour des interventions au périscolaire. A terme, c'est le retour du Baby ping sur deux créneaux. "Nous devons mener diverses actions pour augmenter les effectifs de 30%." Ainsi, le seuil des 80 licenciés est dans la ligne de mire. "Aujourd'hui nous n'avons que 53 adhérents contre 90 il y a dix ans."

La création d'une section retraité, début 2015, commence à porter ses fruits. "Ce créneau retraités seniors est composé de compétiteurs réguliers du TTS mais aussi de personnes pratiquant en loisir. Ce nouveau public présent à Sucé-sur-Erdre arrive sur la commune pour profiter de sa retraite."

Coupe des clubs en 2016?

Côté résultats, le club termine en beauté puisque Sucé-sur-Erdre a été le club le mieux représenté du département aux finales nationales. Trois Sucéens se sont qualifiés : Guillaume Halique senior, Baptiste Hautcoeur et Marie-Bertille Depardieu dans la catégorie cadet, "tous 100 % formés à Sucé-sur-Erdre. C'est une véritable satisfaction."

Un seul regret pour le club, "l'équipe une ne remonte pas en prénationale pour cause d'absence professionnelle de notre meilleur joueur (Matthias Ollivier, 578e Français) et de blessures. L'effectif tendu a occasionné deux ou trois journées délicates pour les équipes départementales", constate Didier Bertin. Un constat mi-figue-mi-raisin qui n'entame pas le moral du président : "Nous souhaitons reconstruire une équipe technique, autour de joueurs du club, motivée et compétente" avec, dans le viseur, lorganisation (sous réserve) de la Coupe de France des clubs, le 30 avril 2016


Comments